Partenaires

CNRS
Dauphine
PSL


Agenda

««  2019  »»
««  Novembre  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Prochains événements
Pas d'événement à venir dans les 6 prochains mois

Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Publications > 2012 > Questions de communication, n° 20

Parution

Questions de communication, n° 20

« Évoquer la mort »

Questions de communication, n°20/2011

« Évoquer la mort »

Édité par Marie-Laure Florea, Alain Rabatel

 

Présentation de l’éditeur

« Évoquer la mort » relève d’une problématique relativement différente de celle qui sous-tendait la livraison précédente, laquelle s’intéressait aux moyens utilisés pour « annoncer la mort » et à leurs enjeux. En effet, il s’agit encore, dans cette livraison comme dans la précédente, de dire et de montrer la mort, mais ce n’est souvent pas le cadrage principal donné à l’événement : ici, l’objet essentiel est d’expliquer la survenue du décès en tentant d’en circonscrire les raisons. Si l’on voit dans la mort un processus biologique de disparition naturelle et inéluctable d’un organisme vivant, cela peut sembler avoir un côté absurde. Cependant, l’évocation de la mort porte précisément sur des morts dont la manifestation paraît souvent dérangeante, voire scandaleuse, dans la mesure où ces morts-là donnent l’impression de pouvoir être évitées, comme dans le cas des conflits individuels, familiaux ou collectifs, ou encore dans des décès où le processus de la mort a pu être modifié en fonction d’une intervention humaine, comme dans les cas d’euthanasie, de suicide... En d’autres termes, évoquer la mort, c’est tenter d’évoquer la part de la responsabilité humaine, personnelle ou collective dans le déroulement d’un processus qui est certes un terme inéluctable mais que l’action humaine peut rendre plus ou moins proche, plus ou moins douloureux, plus ou moins (in)acceptable.

 

Sommaire

Évoquer la mort
Dossier coordonné et présenté par Marie-Laure Florea et Alain Rabatel

- Marie-Laure Florea, Alain Rabatel, « Les modes de re-présentation de la mort et leurs enjeux dans la construction de l’événement
- Agnès Devictor, « Du cadavre au martyr. La représentation de la mort des combattants dans la presse iranienne lors de la guerre Iran-Irak (1980-1988)
- François Robinet, « Voir/ne pas voir la mort. Les représentations photographiques des conflits des Grands Lacs dans les médias français (1994-1997)
- Yeny Serrano, « La mort des victimes civiles et des combattants dans les discours d’information des journaux télévisés. Le conflit armé en Colombie
- Valérie Gorin, « " Le martyre des innocents " : mises en scène visuelles et discursives de la mort de masse dans les crises humanitaires (1967-1994)
- Denis Guthleben, « La mort aux États-Unis dans l’information télévisée française
- Pascal Hintermeyer, « Le Monde de l’euthanasie (1998-2010)
- Alain Rabatel, « La levée progressive du tabou des responsabilités socio-professionnelles dans les suicides en lien avec le travail à France Télécom (fin août-octobre 2009)

Échanges
- Béatrice Fleury, Jacques Walter, « « Le jeu de la mort » : des liaisons dangereuses ?
- Brigitte Le Grignou, Érik Neveu, « Beaucoup de bruit pour (presque) rien ? À propos de la diffusion et de la réception du « jeu de la mort »
- Philippe Breton, « L’" État agentique " existe-t-il vraiment ?
- François Jost, « Jeu de la mort ou jeu avec le feu ? Les leçons d’une prétérition télévisuelle
- Hervé Glevarec, « Le jeu de la mort comme fallace. Pouvoir de la télévision ou autorité d’un dispositif ?

Notes de recherche
- Valérie Bonnet, « La culture sportive est-elle transmissible par les médias ?
- Robert Boure, Franck Bousquet, « La construction polyphonique des pétitions en ligne. Le cas des appels contre le débat sur l’identité nationale
- Béatrice Damian-Gaillard, « Les romans sentimentaux des collections Harlequin : quelle(s) figure(s) de l’amoureux ? Quel(s) modèle(s) de relation(s) amoureuse(s) ?
- Alain Peter, « Les nouveaux habits de la censure chinoise
- Franck Rebillard, « L’étude des médias est-elle soluble dans l’informatique et la physique ? À propos du recours aux digital methods dans l’analyse de l’information en ligne