Partenaires

CNRS
Dauphine
PSL


Agenda

««  2017  »»
««  Juillet  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Prochains événements
Pas d'événement à venir dans les 6 prochains mois

Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Médias > Videos > Nos événements > Arabes, humour et écrans

Colloque

Arabes, humour et écrans

26 mars 2014 | MSCI

Dans le cadre du programme ANR intitulé Ecrin « Ecrans et Inégalités. Les « Arabes » dans les médias français de 1962 à nos jours », le Laboratoire Communication et Politique a organisé en partenariat avec l’URMIS une journée autour du thème : Arabes, humour et écrans.

L’objet de ce colloque était de montrer, lors de plusieurs tables rondes, l’évolution de l’humour sur et par les « Arabes » depuis les années 70 jusqu’à nos jours.

 

PROGRAMME

PDF - 505.4 ko
Programme du colloque

 

 

 

 

VIDÉOS

MERCREDI 26 MARS 2014

- Rire à propos des « Arabes » (1970 - 2000)

retrouvez cette vidéo sur youtube

Yvan Gastaut
Julien Gaertner
Le succès du sketch La cigale et la fourmi de Pierre Péchin (1975-1977)
L’Émir préfère les blondes : les « Arabes » dans les comédies françaises des années 70



Alec Hargreaves
« Quand il y en a un... » : publics et herméneutique de l’humour au petit écran

- Autour du Jamel Comedy Club




Jonathan M. Ervine
Nelly Quemener
Constance Desloire
L’Islam et l’humour : du rire libérateur au rire communautaire ?
Le dispositif télévisuel du Jamel Comedy Club
L’arabité de l’humoriste Jamel Debbouze : marque, atout et piège (1993-2013)

- Nouvelles formes de l’humour arabe



Jean-Philippe Blanchard
Sophie Gebeil
Humour et « Arabes » dans le cinéma français contemporain : de l’essor des comédies de banlieue à un nouveau rire ethnique (1999-2013)
Les vidéos satiriques du net à l’assaut du traitement médiatique de « l’Arabe » (2005-2013)

- Approche comparative


Matthias Waechter
Du tabou au modèle à succès :
l’immigration et les humoristes en Allemagne depuis les années 80

- Conclusions


Pascal Blanchard et Alec Hargreaves