Partenaires

CNRS


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site

Séminaire "La presse magazine, source et objet d’histoire"

La presse rock en France

Jeudi 6 mars 2014 | 15.00 - 17.00

Le groupe de travail « Presse magazine, source et objet d’histoire » vous propose

le jeudi 6 mars 2014

une séance ouverte à tous consacrée à « La presse rock en France »

sous le double patronage
du Centre d’Histoire de Sciences-Po
et
du Laboratoire Communication et Politique (UPR3255, CNRS).

 

Nombre de places limité, inscription obligatoire : communication.politique@cnrs.fr

 

Reprenant notre formule du dialogue entre chercheurs et professionnels du secteur, nous recevrons :

- Gérôme Guibert, maître de conférences en sociologie à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 , chercheur au CIM
- Franck Vergeade, rédacteur en chef du magazine Magic, fondé en 1995

Gérôme Guibert dressera un historique de la presse rock en France :

Si on peut trouver quelques précurseurs, la presse magazine française traitant de rock débute avec le confidentiel Disco Revue en 1961 et le très médiatique Salut les Copains l’année suivante. Avec la diffusion massive des musiques populaires, en particulier auprès des nouvelles générations d’adolescents via le disque, la radio, les concerts ou, dans une moindre mesure, la télévision, la presse magazine traitant de rock prend de l’importance en même temps qu’elle se spécialise. Ainsi, les évolutions divergentes des titres peuvent être liées à la position sociale des lecteurs auxquels ils s’adressent (par exemple pour le rock, la fameuse tripartition Rock’n’Folk, Best et Extra au début des années 70), au périmètre des genres musicaux traités (l’apparition d’une presse métal au début des années 80, d’une presse indie pop dans la seconde partie des années 80, puis d’une presse rap, reggae ou techno dans les années 90), ou à la place du lecteur dans la filière ou le monde de l’art (magazines pour les instrumentistes, pour les professionnels, pour les fans, fanzines militants…). Dépendante d’un système de distribution centralisé, la presse magazine dédiée aux « musiques actuelles » est à la fois marquée par l’apparition et la disparition de nombreux titres, le maintien sur le long terme de quelques-uns (Rock’n’Folk, Les Inrockuptibles). Elle perd son rôle crucial au tournant des années 2000, avec le développement d’internet. Il semble qu’elle perdure aujourd’hui soit en élargissant sa cible traditionnelle, soit en adoptant une logique de niche et un profil spécialisé (chroniques de disque, articles de fond …), soit en migrant sur Internet.

 

Lieu

Laboratoire Communication et Politique
Institut Pratique du Journalisme (IPJ)
3ème étage
24 rue Saint Georges
75009 Paris

 

Présentation du séminaire

Séminaire « La presse magazine, source et objet d’histoire »
CHSP, 2013-2014
La presse magazine : des cultures médiatiques entre normes et contre-cultures

Ancrée dans la civilisation de l’écrit mais développant avec succès, grâce à ses illustrations notamment, une complémentarité avec la radio, le cinéma et la télévision, la presse magazine joue, historiquement, un rôle privilégié dans la constante redéfinition des normes sociales. Elle donne à lire et à voir des modèles et contre-modèles idéologiques et/ou esthétiques, à travers un double discours rédactionnel et publicitaire multipliant les préceptes de mode, beauté, éducation, culture, santé, psychologie, ou encore sexualité.

Ce sont à la fois des logiques utilitaires - percer sur un marché concurrentiel - et axiologiques - afficher des valeurs spirituelles, morales, culturelles ou encore politiques - qui poussent certains titres à se démarquer de l’offre préexistante. Divers épisodes témoignent de ce phénomène : l’émergence de magazines rock et de revues contre-culturelles dans les années 1960-1970, ou, plus récemment, dans les années 2000-2010, l’éclosion d’une nouvelle génération de féminins, dans le sillage de Causette, en rupture avec la propension de leurs aînés à la prescription consumériste.

Or, par là même, ces nouveaux titres contribuent à déplacer l’horizon d’attente des lecteurs et finissent, pour certains, par connaître une consécration - dont l’explication réside pour partie dans leur adéquation à un esprit du temps. Ils finissent eux-mêmes par faire autorité dans les domaines journalistique et, plus largement, culturel, voire social.

C’est donc une réflexion sur ce processus apparemment contradictoire d’écart au mainstream et de fabrique du consensus qui guidera cette année les différentes séances du séminaire sur la presse magazine du CHSP. Parallèlement, se poursuivra le dialogue initié depuis sa création en 2009 entre, d’une part, des chercheurs en sciences humaines et, d’autre part, les professionnels du secteur. Dans une perspective d’échanges interdisciplinaires, l’accent sera également mis sur les questions épistémologiques et méthodologiques que soulève l’analyse de la presse périodique.

- Claire Blandin, maîtresse de conférences HDR à l’UPEC
- Jamil Dakhlia, professeur à l’Université Paris 3
- Bibia Pavard, maîtresse de conférences à l’Université Paris 2
- Emilie Roche, maîtresse de conférences à l’Université Paris 3
- François Provenzano, chargé de recherches au FNRS (Université de Liège)
- Claire Sécail, chargée de recherches au CNRS (LCP)